Les hommes auraient désormais une capacité de concentration inférieure à celle du poisson rouge. C’est du moins ce qu’affirme une étude menée au Canada par Microsoft. L’être humain de 2015 peut resté concentré 8 secondes alors que le poisson rouge reste attentif 9 secondes ce qui est l’équivalent de…euh…zut… qu’est ce qu’on disait déjà ?

L’homme moins attentif que le poisson rouge.

En 2000, l’homme pouvait rester concentré 12 secondes contre 8 secondes en 2015. Pourquoi cette perte de 4 secondes ? Microsoft a mené une étude sur 2000 Canadiens en les interrogeant sur leur rapport aux nouvelles technologies. 112 volontaires ont même participé à un examen cérébral poussé pour évaluer leurs capacités d’attention. Selon le rapport de recherche : « La concentration à long terme s’affaiblit à mesure que la consommation de contenu numérique, l’utilisation de médias sociaux et le savoir-faire en matière de technologie augmentent. »

Les écrans causent une baisse de l’attention.

La baisse de concentration chez l’homme serait due à l’utilisation des écrans, surtout de manière simultanée. Par exemple, utiliser en même temps son ordinateur, sa télévision et son smartphone. C’est ce que l’on nomme le multitasking, une pratique de plus en plus répandue. Les écrans nous rendent donc moins attentifs mais aussi de plus en plus polyvalents. Le zapping permanent d’un écran à un autre nous oblige à capter et classer l’information plus rapidement.

Les nouvelles technologies omniprésentes.

Avec une consultation de notre smartphone toute les 30 minutes en moyenne, les nouvelles technologies ont une place de plus en plus importante dans notre quotidien. Consulter régulièrement son smartphone rend moins investi dans les tâches quotidiennes, moins attentif à l’environnement. 77% des personnes âgées de 18 à 24 ans consultent leur smartphone lorsque leur attention ne se porte sur aucun objet précis. Les jeunes regardent leur mobile lorsqu’ils s’ennuient.

Une évolution du cerveau due aux nouvelles technologies.

Les humains connectés sont de plus en plus avides d’informations. On note une meilleure capacité à trier les informations perçues et une facilité à passer rapidement d’une idée à une autre. Nous avons une meilleure mémoire sélective du fait du flux continu d’informations dans lequel nous sommes plongés.  Malgré une baisse de la durée d’attention en général, nous sommes néanmoins capables de nous consacrer pleinement à un sujet qui nous interpelle. En bref, le cerveau s’adapte à son environnement. Le phénomène de faible durée d’attention est heureusement réversible. Il suffit de délaisser quelque temps son smartphone ou sa tablette pour retrouver toutes ses capacités de concentration.